Viande rouge ou plutôt viande blanche

Faites-vous partie des personnes qui croient que la viande rouge est déconseillée à cause de sa teneur en graisses saturées ? Vous n'avez pas complètement tort bien que cela dépende beaucoup des morceaux choisis : un morceau de poulet avec la peau contient plus de graisses qu'un steak de cheval. Néanmoins d'autres nutriments contribuent à recommander la viande blanche au détriment de la viande rouge.

Dans l'état actuel des connaissances, les composés de la viande rouge, c'est -à- dire le fer héminique et les métabolites produit par les bactéries intestinales lors de la consommation de viande (TMAO) sont considérés comme probablement athérogènes 1. Un grand nombre d'études montre que la consommation importante de viande rouge est liée à une augmentation du risque de diabète de type 2, de cancer, de mortalité et du risque de maladies cardiovasculaires.

Le TMAO en cause (oxyde de triméthylamine)

Les bactéries du tube digestif possèdent la propriété de transformer certaines molécules, la phosphatidylcholine, la choline et la carnitine, contenues dans les aliments d'origine animale pour former un « déchet » métabolique appelé triméthylamine (TMA). Ce TMA est acheminé vers le foie où il est transformé en oxyde de triméthylamine (TMAO), une molécule très inflammatoire qui accélère le développement des plaques d'athérosclérose et augmente la réactivité des plaquettes sanguines 2,3.

Une alimentation riche en viande rouge (La viande rouge est spécialement riche en L-carnitine !) augmente considérablement les taux de TMAO dans le sang par rapport à une alimentation comportant comme source de protéines de la viande blanche ou des produits d'origine végétale. La consommation régulière de viande rouge augmente non seulement la production de TMAO par les bactéries intestinales mais réduit aussi l'efficacité des reins à l'éliminer 4. Des niveaux élevés de TMAO et de ses précurseurs sont tous associés à une augmentation significative du risque d'événements cardiovasculaires 5.


La bonne nouvelle est qu'il est possible de réduire rapidement et facilement le TMAO dans notre organisme, tout simplement en réduisant fortement la consommation de viandes rouges: 

  • Consommez de préférence de la viande blanche que rouge*
  • Réduisez à deux portions de viande rouge par semaine
  • Variez vos sources de protéines : poisson, œuf, légumineuses, tofu, fromage.

*Bien qu'il n'existe pas de définition uniforme, sont considérées comme viande rouge, les viandes de bœuf, veau, porc, agneau, cheval, mouton, chèvre et chasse. En revanche la volaille (dinde, poulet, canard, oie...) et le lapin sont considérés comme viande blanche.


  1. Commission Fédérale de l'Alimentation (COFA), Eidgenössische Ernährungskommission (EKK). Gesundheitliche Aspekte des Fleischkonsums – Stellungnahme der Eidgenössischen Ernährungskommission zur aktuellen epidemiologischen Datenlage. Expertenbericht der EEK. Zürich: Bundesamt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen, 15.5.2014.
  2. Koeth RA, Wang Z, Levison BS et al. Intestinal microbiota metabolism of L-carnitine, a nutrient in red meat, promotes atherosclerosis. Nat Med. 2013 May; 19(5):576-585.
  3. Zhu W, Gregory JC, Org E et al. Gut microbial metabolite TMAO enhances platelet hyperreactivity and thrombosis risk. Cell 2016 Mar 24;165(1):111-124.
  4. Wang Z, Bergeron N, Levison B et al. Impact of chronic dietary red meat, white meat, or non-meat protein on trimethylamine N-oxide metabolism and renal excretion in healthy men and women. European Heart Journal, Volume 40, Issue 7, 14 February 2019: 583–594.
  5. Heianza Y, Ma W, Manson J et al. Gut microbiota metabolites and risk of major adverse cardiovascular disease events and death: A systematic review and meta‐analysis of prospective studies.. J Am Heart Assoc. 2017 Jul; 6(7).
Les antioxydants vous seront efficaces si...
Oeufs et maladies cardiovasculaires, quel lien ?

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.coeurnutrition.com/